Être dessinateur indépendant, c’est ne compter que sur soi même

Mon expérience avec les édition “Idées Plus”

Quand on est dessinateur indépendant comme moi, c’est une sacrée aventure ! Je suis spécialisé dans le character design. J’aime créer des personnages. Dessiner des voitures, ben ce n’est pas franchement mon quotidien.

Je remercie Franck Coste de m’avoir permis de participer à ce projet.

Ça fait maintenant 5 ans qu’il a vu le jour et je suis assez content de mon travail. À l’époque, je ne faisais que quelques incartades dans l’univers de l’illustration et cette expérience m’a donné l’opportunité de me confronter aux demandes précises d’un éditeur.

Ça m’a conforté dans mon approche. J’aime le travail de commande. Participer à la vision d’un client, en apportant mon point de vue.

J’ai eu la chance de faire 6 pages pour ce livre. Pour un essai, je ne m’attendais pas autant.

L’édition un monde difficile

Mais, voilà depuis, je n’ai plus été contacté par les éditions « Idées Plus ». Pour quelles raisons ? Mon travail n’était-il pas à la hauteur de leurs attentes ? La concurrence étant folle, je n’ai pas su me démarquer ? Je fais partie des pertes collatérales ?

Le monde de l’édition BD se retrouve confronter un énorme problème : La surproduction. En 2019, on comptait 5500 nouveautés. Ce qui fait pratiquement 460 titres par mois. C’est compliqué de sortir du lot, sans parler des sommes importantes à engager pour chaque album.

Aujourd’hui, un dessinateur comme moi ne peut plus se concentrer uniquement sur son dessin. Il a besoin de développer ses compétences de commercial, de marketeur et de community manager.

Mais c’est aussi une chance.

Se prendre en main

Selon moi, la plus grande chance pour un créatif, c’est le NET. Aujourd’hui, nous avons cet énorme avantage de pouvoir toucher directement notre public. C’est plus long, plus chronophage, démoralisant parfois, mais si nous nous constituons une communauté solide, alors il est possible d’en vivre.

D’ailleurs, les outils existent : Facebook, Instagram, Patreon, YouTube, etc. C’est à nous de nous relever les manches et de ne pas rester les bras croisés pour nous en sortir.

L’histoire de la grenouille et du verre de lait

Deux grenouilles se retrouvent dans un verre de lait, sans la possibilité d’en sortir.

La première s’apercevant qu’elle ne peut rien faire, se laisse couler et meurt noyée.

La seconde, plus combative, se démène pour s’extraire du bocal. Essaye, essaye et essaye encore. Elle s’accroche à la paroi, retombe, saute à nouveau, pour retomber à nouveau. Pendant des heures, elle s’acharne à trouver une solution quitte à en mourir d’épuisement. Au moment où celle-ci est sur le point d’abandonner, elle sent que le liquide devient plus dur sous ses pieds. Alors, son espoir renaît. Elle se débat avec une vaillance décuplée.

Le lait se transforme en crème, puis en beurre. Si bien que la grenouille parvient à rejoindre le bord du verre, épuisé, mais libre.

Je veux être cette grenouille.

Toutes les expériences sont bonnes

Je remercie Franck pour l’opportunité qu’il m’a offerte. J’en tire encore les enseignements aujourd’hui. Je chercherai certainement à retravailler pour cette maison d’édition. Cela se fera, cela ne se fera pas, mais, en tout cas, je prendrai cette expérience comme un bout du chemin qui me mènera à ma réussite.

Je vous invite à aller sur la boutique des éditions « idées plus ». Vous y trouverez votre bonheur.


A propos de Cyril : Je suis dessinateur, spécialisé dans la communication par le dessin. Je crée des mascottes et des publications pour l’édition, pour les contenus marketing sur les réseaux sociaux et tous supports de communications.

Vous pouvez me retrouvez sur Facebook, Linkedin et Instagram.

Vous avez une demande ? Envoyez moi un e-mail

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *